Les grands passages

 

Taille des groupes, périodicité et nombre de stationnements
Plus de 95% des grands groupes cultuels accueillis en Bretagne sont des missions évangéliques. Sur les 80 groupes évangéliques qui circulent sur le territoire national, environ une dizaine sollicite des stationnements en Bretagne. Ces groupes effectuent généralement une ou deux étapes dans chacun des départements bretons. Ces grands groupes comprennent entre 50 et 200 caravanes. Les demandes de stationnement portent sur la période allant de fin mai à début septembre.

Les dispositifs d’accueil retenus

Programmation :
La Préfecture est chargée d’établir la programmation des grands passages et de la communiquer aux collectivités.

Mise à disposition de terrains de grand passage :
Les collectivités où il y a un besoin qui a été identifié par le schéma départemental, ont à charge de proposer les terrains devant servir à l’accueil des grands passages.

Condition de mise à disposition des terrains :
Les EPCI qui ont fait le choix d’une affectation provisoire doivent faire connaître au préfet la localisation de leur terrain de grand passage avant le 15 avril de chaque année. Les terrains provisoires proposés doivent réunir les conditions nécessaires à l’accueil des grands groupes (sol plat, enherbé et suffisamment porteur pour permettre l’installation des caravanes, superficie suffisante, raccordement eau, possibilité de branchement électrique).

Médiation :
Cofinancé par l’Etat et le Département, et travaillant sous l’autorité du préfet, le chargé de mission " gens du voyage " a une fonction de médiation et d’accompagnement des collectivités dans l’accueil des grands passages.
Cette fonction de médiation ne peut être sollicitée par les collectivités/EPCI que si il y a eu en amont une proposition de terrain pour accueillir les grands passages ou lorsqu’un grand groupe s’installe de façon spontanée en dehors de toute programmation.

Conditions de réalisation :
La loi du 5 juillet 2000 impose aux communes (ou aux groupements de communes) figurant au schéma départemental un délai maximum de deux ans à compter de l’approbation du SADGV pour que ses prescriptions soient réalisées. Les collectivités doivent se conformer aux obligations inscrites dans le schéma pour avril 2012. 
A l’expiration de ce délai et après mise en demeure par le préfet restée infructueuse dans les trois mois suivants, le représentant de l’Etat peut se substituer à celles-ci pour acquérir les terrains nécessaires, réaliser les travaux d’aménagement et gérer les aires d’accueil en leur nom et pour leur compte.